Est-ce même possible ? La folle course contre la montre derrière le combat organisé en un temps record de l’UFC 303

Des combattants ont accepté des combats à très court préavis. Pour certains, cela signifie quelques semaines. Pour d’autres, cela signifie quelques jours.

Pour Dan Ige, cela signifiait quelques heures.

À l’UFC 303, Ige a accepté un combat co-principal contre l’étoile montante Diego Lopes sans aucun camp d’entraînement ni préparation, encore moins le temps de mettre en place une stratégie.

De son côté, Lopes a également dû endurer son propre parcours tumultueux. Après avoir accepté un combat en poids plume contre Brian Ortega juste deux semaines avant, Lopes a découvert moins de 48 heures avant le combat que le challenger au titre à deux reprises ne pouvait pas atteindre la limite de 65,8 kilogrammes. Les combattants ont accepté de concourir en poids léger à la place, mais samedi après-midi, Lopes a perdu Ortega comme adversaire.

Comment tout cela s’est-il orchestré, culminant dans le combat accepté le plus tardivement de l’histoire de l’UFC? Cette histoire particulière commence en réalité un jour plus tôt.

Vendredi 28 juin : 3h30 du matin

Dormant profondément et déjà au poids de 66,2 kilogrammes, Lopes, ses entraîneurs et son manager commencent à recevoir une avalanche d’appels les informant qu’Ortega ne peut pas atteindre la limite en poids plume. La pesée est prévue pour commencer à 9h, heure locale.

En apprenant la nouvelle, les entraîneurs de Lopes tentent de contacter son manager Jason House, qui réside à Las Vegas, mais en raison de l’heure tardive, ils n’obtiennent aucune réponse. L’équipe se rend donc réellement chez lui pour l’informer de la situation.

«J’avais déjà atteint le poids à 23h la nuit précédente», a déclaré Lopes. “Donc, à ce moment-là, quand Jason m’a réveillé, j’étais déjà au poids. Je n’ai jamais douté de combattre. C’était comme, ‘OK, je combattrai à n’importe quel poids.’

«C’était juste un processus de changement de mon alimentation et de travail avec mon nutritionniste car j’étais déjà descendu à [65,8 kilogrammes]. Me faire remonter à [70,3 kilogrammes].»

Lopes avait déjà le pressentiment que quelque chose comme cela pourrait arriver après avoir partagé quelques moments avec Ortega sur scène lors de la conférence de presse d’avant-combat.

«C’est drôle. J’avais parlé à mon nutritionniste et j’avais dit que j’avais vraiment l’impression qu’il n’allait pas faire le poids», a révélé Lopes. «Je sens qu’il est dans un espace mental différent. Nous avions cette impression qu’il allait manquer le poids.»

Après que le combat soit changé pour un combat en poids léger, Lopes fait face à Ortega lors de la pesée cérémonielle quelques heures plus tard, et une fois de plus, il a un mauvais pressentiment au creux de l’estomac.

«Je l’avais vu et il avait juste l’air différent, il semblait perturbé», a dit Lopes. «Bien sûr, nous ne savions pas ce qui allait se passer, mais je sentais définitivement que quelque chose n’était pas normal. C’était ça. Je sentais que quelque chose n’allait pas.»

Samedi 29 juin, environ 15h45 PT

A quelques heures de son combat, Lopes se détend et regarde les premiers préliminaires de l’UFC 303 lorsqu’il reçoit un autre appel des promoteurs. Ils l’informent qu’Ortega est tombé malade et ne peut pas combattre. Avant que Lopes puisse digérer la nouvelle surprenante, les dirigeants de l’UFC mentionnent la possibilité de trouver un remplacement extrêmement tardif.

«J’étais à la maison en regardant le deuxième combat de la soirée et j’ai reçu l’appel», a déclaré Lopes. «C’est à ce moment-là qu’ils ont vraiment décidé quel était notre plan, ce que nous allions faire et c’était tout.»

Samedi 29 juin : 16h PT

Un jour plus tôt, Dan Ige s’entraînait comme d’habitude avec un entraînement intense de force et de conditionnement le matin suivi d’une séance de grappling. Le samedi, il effectue un autre entraînement dans le cadre de sa routine de camp d’entraînement alors qu’il se rapproche de son combat prévu avec Chepe Mariscal le 20 juillet.

Ige rentre ensuite chez lui pour passer du temps avec sa famille et se connecte avec sa masseuse pour l’aider à se remettre d’une semaine de travail intense.

«Je me préparais pour mon combat le 20 juillet, et après ça, je rentre à la maison et c’est toute récupération pour lundi», a dit Ige. «J’appelle ma masseuse, elle travaille sur toute ma famille. Moi, ma femme, mes enfants, donc elle s’occupe d’abord de mes enfants et ensuite je monte sur la table. Elle me demande combien de temps je voulais. Nous avons fait comme 90 minutes, une heure et demi de massage profond. Je suis sur la table, j’écoute de la musique de spa, je suis complètement zen. Recevant un massage profond [tissu], ce que je ne ferais jamais avant un combat, mais je récupère. Je me prépare pour lundi.

«Ma femme monte, c’est vers la fin du massage et elle me dit, ‘Ali [Abdelaziz] m’appelle.’ Ali ne me manage pas, je me manage moi-même, et je regarde mon téléphone et j’avais des appels manqués de Hunter [Campbell], Ali. C’était vers 16h. Alors qu’elle me dit cela, il rappelle mon téléphone, alors je réponds. Il est comme, ‘Frère, as-tu parlé à quelqu’un ?’ Je suis comme, ‘Non, de quoi tu parles ?’ Il est comme, ‘Frère, Ortega est sorti.’»

À ce moment-là, Ige pense peut-être que l’UFC déplacera Lopes sur la carte du 20 juillet et que ce sera son nouvel adversaire. Ige était à l’origine prévu pour affronter Joanderson Brito, mais Brito a subi une blessure et a été remplacé par Mariscal.

Comme il s’avère, Abdelaziz n’appelle pas pour offrir à Ige un combat avec Lopes le 20 juillet.

«Il est comme, ‘Ce soir,’» a dit Ige. «’Peux-tu combattre ce soir ?’

«J’étais comme, ‘Oui,’ je n’ai même pas réfléchi. Comme, ‘Oui, je ne pensais même pas que c’était possible. Cela peut-il même être fait ? Les pesées étaient hier. Il est comme, ‘Frère, je suis sérieux, ce combat peut se faire, je peux le faire. Je vais le faire.’ Je suis comme, ‘D’accord, fais-le.’ Il est comme, ‘Je te rappelle.’

«Il me rappelle et il est comme, ‘Frère, commence à faire tes bagages, 80, 90 pour cent que ça va se faire.’ Je suis comme, ‘Oh merde. Ça va se faire !’ Il est comme, ‘Quel est ton poids ?’ J’ai dit, ‘74,8 ce matin, 74,8 environ.’»

En quelques minutes, Abdelaziz boucle l’affaire avec l’UFC et un accord de combat est envoyé à Ige pour son approbation et sa signature.

«Boom, je reçois un contrat dans mon email. J’ai été payé, donc j’étais heureux», a dit Ige. «Je n’ai pas lu la catégorie de poids mais cela dit catchweight à 74,8[-kilogrammes]. Je ne le lis pas et Ali est comme, ‘Nous devons y aller, nous devons aller au lieu.’»

En même temps, Lopes reçoit l’offre de combattre Ige et n’hésite pas non plus.

«Quand ils ont appelé, Dan était immédiatement l’option», a dit Lopes. «Donc, nous savions que nous allions nous battre. La vraie chose dont nous devions nous préoccuper était que Dan devait être approuvé par la commission, mais il se préparait déjà pour un combat dans deux semaines et avait tout prêt. C’était une option vraiment facile pour nous, en attendant la commission.»

Samedi 29 juin : 16h22 PT

Sans perdre de temps, Ige appelle immédiatement son entraîneur principal Eric Nicksick de Xtreme Couture et l’informe qu’il combat Lopes dans quelques heures seulement à l’UFC 303.

Il n’y a pas de temps pour discuter si c’est une bonne idée ou non parce qu’Ige a déjà accepté et Nicksick n’est pas sur le point de remettre en question ce qui se passe. Heureusement pour Ige, Nicksick est déjà sur place à l’UFC 303 avec des projets pour être dans le coin de l’équipier Roman Dolidze dans son combat contre Anthony Smith.

«[Dan] me dit, ‘Hé, nous combattons dans quelques heures.’ J’étais comme ‘OK.’» Nicksick a dit. «Je n’ai même pas demandé qui, je n’ai rien dit. J’étais comme, ‘Tu l’as.’ Je raccroche le téléphone.

«[Le directeur exécutif de la commission athlétique du Nevada] Jeff Mullen m’appelle littéralement une minute après et dit, ‘Hé, mec, j’ai besoin de ton opinion honnête sur cela — est-ce que ton combattant est prêt à combattre ? Est-ce même réalistement possible ?’ J’ai dit, ‘Jeff, je dis cela de tout coeur, Dan Ige est comme un fils pour moi. Je ne le mettrais jamais dans une situation où je pense qu’il est en danger.’ J’ai dit, ‘Ce gars — et ce n’est pas juste moi qui le valorise — il s’entraîne comme cela quotidiennement. Il fantasme sur des moments comme cette opportunité.’ Comme, il viendra me voir, ‘Il y a quatre combats en poids plume sur cette carte’ — il m’écrira cela — ‘au cas où, regarde ces quatre gars au cas où quelqu’un sortirait.’ Il fait cela tout le temps. Je ne plaisante pas. Il est toujours prêt pour que lorsque le téléphone sonne, il puisse répondre à l’appel.»

Après avoir raccroché le téléphone avec Mullen et lui avoir assuré qu’Ige est prêt à combattre, Nicksick se tourne vers sa femme et dit, ‘C’est de cela que sont faites les légendes — des moments comme ceux-ci.’»

Nicksick contacte ensuite l’un de ses autres coachs pour faire des recherches rapides sur Lopes afin de lui envoyer des notes alors qu’il se prépare à rencontrer Ige pour se rendre à la T-Mobile Arena.

Quelques minutes plus tard, Nicksick saute dans une voiture avec Ige et ils commencent à appeler pour trouver des coins. Nicksick contacte d’abord le combattant du PFL Kai Kamaka, qu’il venait de corner le vendredi soir à Sioux Falls, S.D., et qui travaille fréquemment avec Ige à la salle d’entraînement.

Lorsqu’un autre des entraîneurs d’Ige ne répond pas au téléphone, Nicksick sait exactement qui appeler.

«Appelé Kai Kamaka et je lui dis, ‘Yo, rejoins-moi au coin de Silverado Ranch et Las Vegas boulevard dans 30 minutes.’» Nicksick a dit. «Il n’a posé aucune question, il demande, ‘Qu’est-ce que je dois apporter ?’ J’ai dit, ‘Apporte ton équipement,’ et il répond, ‘Pas de problème.’ Il raccroche le téléphone puis m’envoie un texto, ‘Qu’est-ce qui se passe ?’ Je réponds, ‘Je ne peux pas parler, à tout à l’heure, rendez-vous dans 30, rejoins-moi à la station Shell à l’angle.’ Voilà comment cela s’est passé.

«Je décroche le téléphone, j’appelle Sean Strickland, je demande, ‘Où es-tu ?’ Il répond, ‘Au déjeuner.’ Je dis, ‘Rejoins-moi à l’arène dans une heure, Dan combat.’ Il dit, ‘Je serai sur ma moto, assure-toi qu’ils me laissent passer la sécurité.’ Je dis d’accord, je raccroche le téléphone. C’est ainsi que cela s’est déroulé. Je vis pour cette merde.»

Samedi 29 juin : 17h PT

À cette heure, l’UFC 303 est en cours et Ige ne sait toujours pas avec certitude si le combat contre Lopes va réellement avoir lieu. Malgré l’obtention d’un accord de combat, Ige doit encore obtenir l’approbation de la commission — et apparemment, le gouverneur du Nevada, Joe Lombardo, doit intervenir pour approuver la demande inhabituelle.

C’est alors qu’Ige envoie un message à Hunter Campbell, le directeur commercial de l’UFC, lui promettant qu’il est plus que prêt à non seulement accepter ce combat avec quelques heures de préavis, mais aussi préparé à gagner.

Quelques minutes plus tard, Ige et son équipe arrivent à la T-Mobile Arena. Il n’y a pas de temps pour que l’UFC exprime sa gratitude pour avoir accepté le combat car Ige est immédiatement escorté en coulisses pour la pesée.

«je rentre, ils me conduisent directement à la balance», a dit Ige. «Toute la commission est là. J’ai entendu dire que cela devait être approuvé par le gouverneur aussi. C’est pourquoi vous voyez le texte qu’ils ont posté. J’envoyais des textos à Hunter disant que j’étais en grande forme parce que je pouvais être une responsabilité, n’est-ce pas ? Je ne mentais pas. J’étais en grande forme. Je suis prêt à rocker.

«Alors ils me conduisent à la balance et je suis comme, ‘Oh, c’est une vraie pesée ?’ Ils ont dit, ‘Oui, déshabille-toi.’ Je suis comme, ‘Attendez, laissez-moi utiliser la salle de bain.’ Je vais aux toilettes, reviens, boom je suis à 74,6. Je suis comme, merci Dieu ! Je ne savais pas que je devais réellement me peser.»

Une fois qu’Ige atteint la marque, et Lopes également, le combat devient officiel.

«Fait le poids et c’est devenu officiel juste à ce moment-là», a dit Ige. «J’ai combattu deux heures plus tard. C’était fou. À partir du moment où j’ai été appelé, j’étais dans le cosmos.»

Leave a Comment